Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 15:22
Pour CAP21 LRC, l'écologie doit rimer avec citoyenneté

L’explosion de EELV était attendue et inévitable compte tenu du fossé entre ceux qui ne conçoivent l’écologie qu’en alliance avec le Front de Gauche et ceux qui ne la conçoivent qu’en alliance avec le Parti Socialiste. Cette vision très politicienne de l’avenir de l’écologie explique les ruptures actuelles qui en réalité ne devraient réjouir aucun écologiste sincère, compte tenu de l’image qu’elle donne de l’écologie politique.

Pour autant, le vrai sujet est ailleurs. C’est un sujet de fond à plusieurs entrées. La première est celle de savoir si l’écologie est un objectif ou un instrument. Si elle est un objectif, elle est première ce qui signifie qu’elle doit porter des transformations dans le modèle économique, des choix énergétiques, dans les financements, dans l’usage des nouvelles technologies, dans l’organisation sociétale etc … s’il est un instrument, cela signifie qu’elle est au service d’une autre cause, c’est-à-dire celle de la révolution sociale et politique. Il est évident que cette première orientation est majeure non seulement en ce qui concerne le positionnement politique, mais également dans les solutions proposées. Depuis des décennies, j’ai défendu la première option tout simplement parce que c’est la survie de notre espèce qui est en cause et que la pérennité de l’humanité est l’objectif premier. Mais, ce choix conduit inévitablement à une seconde option, beaucoup plus délicate en terme d’imagination et d’ d’ouverture d’esprit. Le « Nouveau Monde » n’appartient ni à la droite ni à la gauche, mais à l’une et l’autre à la fois. C’est un monde dans lequel l’esprit d’entreprise est essentiel car il faut de l’innovation et la créativité, ce qui nécessite une certaine forme de libéralisme au sens de liberté de créer et d’entreprendre. Mais c’est un monde dans lequel la corruption et l’économie de rente ne doivent pas trouver leur place, dans lequel la sécurité humaine est un impératif et dans lequel il ne peut y avoir d’effort collectif sans reconquête du sens et du Bien Commun. Cette synthèse qui n’appartient ni à la droite ni à la gauche, et encore moins aux extrêmes est à inventer et à mettre en œuvre.

Elle conduit à un changement radical dans le mode de gouvernance, à la fois en ce qui concerne l’accession à la politique et en ce qui concerne le processus de décision. En ce qui concerne le premier sujet, il ne peut y avoir de changement en continuant avec les mêmes décideurs. Les partis politiques sont en coma dépassé et, le fait de capter une ou deux personnalités de la société civile pour tirer les mêmes équipes est une imposture dont nos concitoyens ne seront évidemment pas dupes. La société civile doit partager le pouvoir avec la classe politique. Ce n’est que dans un nouveau système, laissant la place à l’expérience de la vie d’entreprise, de la vie associative, de la vie professionnelle en général à côté de l’expérience politique que nous parviendrons à innover sur le plan de nos institutions. Or, les écologistes devraient faire de cet objectif un impératif en commençant par eux-mêmes. L’idée de Dany Cohn-Bendit de créer une coopérative lors de la création d’Europe écologie était excellente. Elle a été tuée dans l’œuf par l’appareil vert, et en particulier par Cécile Duflot. Nous avons repris cette idée au sein de Cap 21/ le rassemblement citoyen en partageant le pouvoir à égalité entre société civile et que collège politique et en donnant la possibilité à toutes les personnes morales qui le souhaitaient comme à des personnes physiques qui ne voulaient pas adhérer à une coopérative politique de travailler en partenariat. Il ne pourra à l’avenir y avoir un mouvement puissant d’écologie politique en France que pour autant que l’écologie sera populaire c’est-à-dire partagée par un grand nombre de nos concitoyens . Le nombre d’associations dans notre pays est considérable ; le rejet du politique fait des ravages dans les associations et le monde de l’entreprise se considère comme étranger. Le projet d’une écolonomie, c’est-à-dire d’une économie écologique, de l’économie du Nouveau Monde qui marie le digital et l’environnemental ne peut se faire qu’avec la société dans son ensemble, producteurs et consommateurs inclus. Parce que les questions de santé, de décentralisation énergétique, d’économie locale et collaborative, de travail dans de bonnes conditions, nous concernent tous, nous devons faire en sorte que le projet d’écologie politique soit par définition celui du bon sens, de la gestion « en bon père de famille » de notre patrimoine commun, c’est-à-dire qu’il soit partagé par un grand nombre de nos concitoyens. Il ne peut donc y avoir d’écologie politique sans qu’il y ait avant tout une écologie citoyenne. Cela signifie aussi une révolution dans la gouvernance, la suppression de toutes les règles qui font de la classe politique une catégorie à part de la société, la recherche du consensus dans nos institutions, l’utilisation massive des outils de démocratie directe.

L’avenir de l’écologie, c’est le retour aux citoyens, c’est la promotion de tous les succès territoriaux qui existent aujourd’hui, des nouvelles entreprises qui apportent des solutions simples et peu onéreuses, de l’économie du partage, de l’économie circulaire, de l’économie de fonctionnalité ; c’est le respect des deniers publics avec l’abandon de projets inutiles voire calamiteux et des choix conformes au long terme et à l’intérêt général, auxquels chaque citoyen peut contribuer.

Les écologistes retrouveront un soutien quand ils auront démontré qu’ils s’intéressent au fond des choses, qu’ils apportent des solutions concrètes et satisfaisantes aux problèmes des Français, qu’ils sont en capacité de faire le lien entre les problèmes de l’immédiat et les enjeux du long terme.

Dès lors, il ne s’agit plus de penser en termes d’alliance et d’appareils. Il s’agit de rassembler tous les écologistes sincères, et ils sont nombreux à EELV comme ailleurs, avec tous nos concitoyens convaincus que la réforme de la gouvernance est la mère de toutes les autres. L’écologie politique sera alors au cœur de la société et non plus un sujet tragi-comique donné en exemple de ce que la classe politique peut produire de plus détestable

Partager cet article

Published by CAP21 LRC BOURGOGNE
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit