Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

9 mars 2005 3 09 /03 /mars /2005 23:00

 

 

 

OGM :

POURQUOI FAUT-IL S'EN MEFIER ! 

OGM : pourquoi faut-il s’en méfier?

Texte de Frédéric Prat Ingénieur agronome (29 juillet 2000)

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont des micro-organismes, des plantes, ou des animaux, auxquels on a modifié le génome, c’est-à-dire l’ADN (support de l’information génétique formant les chromosomes). Cette modification consiste en général à ajouter (parfois retrancher) un gène d’un autre micro-organisme, végétal, ou animal, gène qui aura la vertu de conférer une nouvelle propriété à l’OGM. Deux exemples de propriétés d’OGM déjà cultivés : résistance à un insecte ravageur, et résistance à un herbicide.

Les multinationales leaders de cette nouvelle technique, appuyées et suivies par les laboratoires publiques de recherche, mettent en avant plusieurs avantages, dont les deux principaux sont l’augmentation de la production agricole (en quantité et en qualité), et la protection de l’environnement. Mais les mouvements mondiaux de résistances contre les OGM avancent d’autres arguments, mettant en avant les risques des OGM sur la santé humaine et animale, l’environnement et la biodiversité, l’indépendance des agriculteurs, et même à terme sur l’espèce humaine.

OGM et santé humaine

" Un jour, les présidents et membres de commissions devront répondre publiquement de la qualité scientifique des dossiers pour lesquels ils donnent un avis favorable de dissémination. Si l'on diffusait sur Internet des évaluations de toxicologie des OGM qui ont donné lieu à des avis pour commercialisation en Europe, la communauté scientifique aurait des sourires aigres face aux trois vaches ou aux dix rats traités pour lesquels on nous présente des expérimentations incomplètes et à court terme " (G.E. Séralini, membre de la CGB, commission qui autorise en France les OGM, rapport CGB 98)

Et oui, incroyable mais vrai, les tests toxicologiques chroniques pour ces nouveaux aliments ne sont pas faits : nous sommes tous des cobayes d’une expérimentation scientifique, mais, contrairement à la thérapie génique effectuée sur peu de patients consentants et suivis médicalement, l’expérimentation OGM est à grande échelle, à l’insu des consommateurs, et sans aucun suivi !

Et si un problème est détecté, impossible de remonter la filière : la traçabilité, pourtant à la mode depuis la vache folle, n’est pas assurée en matière d’OGM !

OGM et environnement

Certaines plantes (maïs, soja, coton) ont été spécialement manipulées pour résister à des herbicides. Avantage pour l’agriculteur : il peut dorénavant appliquer l’herbicide durant tout le cycle de la culture, sans risquer d’endommager celle-ci. Conséquence : alors que les OGM sont sensés réduire les applications de produits chimiques, la consommation de l’herbicide Round’Up de Monsanto a augmenté partout où ces plantes ont été introduites (par exemple, la consommation est passée de 20 millions de litres à 60 millions de litres en Argentine en l’espace de seulement 3 ans !). Ces plantes gorgées d’herbicides (ou des produits issus de leur dégradation) sont ensuite utilisées en alimentation animale…

D’autres plantes, appelées Bt, résistent à certains insectes, dont la pyrale du maïs. En effet, elles produisent elles-mêmes, tout au long de leur cycle de végétation, et dans toutes leurs cellules, des toxines insecticides. Trois conséquences : les quantités d’insecticides produites augmentent, les plantes Bt en sont gorgées (même s’ils se dégradent à terme), et les insectes, en contact permanent avec cet insecticide, développent des résistances.

Enfin, la pollinisation croisée entre plantes transgéniques et non transgéniques provoque des contaminations incontrôlables, comme l’ont récemment prouvées en France les affaires du colza et du maïs contaminés.

OGM et agriculteurs

De tout temps, le paysan a produit ses propres semences. Ce n’est que récemment, avec l’apparition des hybrides pour certaines cultures, qu’il s’est vu obligé de les racheter chaque année. Mais plus d’un milliard de personnes dépendent encore des semences produites à la ferme.

Pourtant, les multinationales de la biotechnologie prétendent confisquer ce droit au paysan. Chaque semence OGM est brevetée, et le paysan n’a pas le droit de ressemer le produit de sa récolte. Il devra ainsi payer chaque année des royalties à une poignée de multinationales (de moins en moins nombreuses par le jeu des concentrations).

La recherche publique est obligée pour survivre de s’allier aux multinationales. Résultat : les recherches sont dans leur grande majorité orientées vers les biotechnologies. Le prétendu retard de la recherche publique sur les biotech se transforme en un retard réel de cette recherche sur d’autres alternatives (comme l’agriculture bio par exemple).

OGM et eugénisme

Enfin, transformer, hier les micro-organismes, aujourd’hui les végétaux, demain l’animal (ils sont déjà dans les labos), conduit inévitablement à une transformation, après-demain, de l’homme. Les différents comités d’éthique n’y pourront rien. Quelques faits :

En mars 1998, Gregoy Stock, directeur du programme de médecine, Technologie, Société de l'UCLA (Université de Californie) a déclaré que la question n'était pas de savoir si oui ou non on allait le faire, mais plutôt quand ! et James Watson, le découvreur de la structure en double hélice de l'ADN, a déclaré "si l'on peut faire de meilleurs humains en ajoutant des gènes, pourquoi ne devrions-nous pas le faire ?". Enfin, Francis Fukuyama, de l'Institut for Public Policy à l'Université Georges Mason, et auteur du livre la fin de l'Histoire", a déclaré : "La biotechnologie sera capable d'accomplir ce que les idéologies du passé n'ont pas réussi à faire : créer un nouveau type d'humain... dans deux générations, nous aurons définitivement terminé avec l'Histoire humaine, parce que nous aurons aboli les humains en tant que tel. Alors, une nouvelle histoire post-humaine commencera."

Paranoïa dites-vous?

Pour toutes ces raisons, ou parfois seulement certaines d’entre elles, les activistes du monde entier mènent aujourd’hui des campagnes demandant un moratoire immédiat et total sur la commercialisation et la culture des OGM, une interdiction de la brevetabilité du vivant, et un développement des recherches publiques sur les agricultures alternatives.

Partager cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit