Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 15:51

Affiche-festival-Bonnet-705x1024Pour la 3ème année consécutive, on replante les chapiteaux à Bonnet !

Le concept reste le même : un évènement convivial qui propose à la fois une information indépendante sur le nucléaire et en particulier sur le projet d’enfouissement de déchets hautement radioactifs dans le coin de Bure au sud de la Meuse et un évènement culturel de qualité.

Le tout, bien entendu, sans subventions radioactives !

Un petit résumé de la situation…

BURE c’est un petit village de 92 habitants, à la limite des
départements de la Meuse, de la Haute Marne et des Vosges.

Qu’est-ce qui s’y passe ?

L’État a ciblé ce secteur en 1994 pour y implanter, à 500 mètres sous terre, un «laboratoire de recherches
scientifiques souterrain». Sous le terme de «laboratoire» se cache une autre réalité : l’enfouissement
programmé des déchets nucléaires. Ce projet appelé C.I.G.E.O. (Centre Industriel de Stockage
Géologique) doit être mis en oeuvre par l’A.N.D.R.A. (Agence Nationale pour la gestion des Déchets
RAdioactifs) en 2017 et comprendra :
– Un site d’enfouissement à 500 m sous terre d’une surface de 15 km² devant accueillir à terme 10 000 m3
de déchets radioactifs HAVL (Haute Activité à Vie Longue) et 70 000 m3 de déchets MAVL (Moyenne Activité
à Vie Longue).
– Un site en surface comprenant : une zone de stockage intermédiaire dite « zone tampon » qui
accueillera les déchets en attente de leur enfouissement, et une usine de reconditionnement afin de
déconditionner les colis primaires en colis de stockage.
– Un puits de ventilation relié directement relié à l’installation souterraine, recrachant inévitablement la
radioactivité dans l’environnement et dans l’air que nous respirons.

Pourquoi Bure ?

En France, dans les années 1980, l’industrie nucléaire et les pouvoirs publics ont décidé de se débarrasser
des déchets MAVL et HAVL dont personne n’a jamais su quoi faire en les enfouissant en profondeur.
Dans diverses régions et au fil du temps les différents projets ont échoués grâce à la révolte des
populations locales et de leurs élus. Une nouvelle stratégie est alors mise en place : élaborée par le député
Bataille, une loi est votée fin 1991.
Cette nouvelle loi ne parle plus d’implanter des sites d’enfouissement mais des « laboratoires ». De plus,
elle promet beaucoup d’argent aux collectivités candidates ainsi que des emplois. Enfin, elle assure qu’il y
aura «plusieurs» labos, à différents endroits en France pour qu’il y ait ensuite un choix possible entre
plusieurs sites.
Les conseils généraux sont sollicités et appâtés et certains se portent candidats, dont ceux de Meuse et de
Haute-Marne. Début 1994, le gouvernement les retient tous les deux ainsi que deux autres (celui de la
Vienne et celui du Gard). Quelques années plus tard il ne reste plus que la Meuse et la Haute-Marne, qui
fusionneront par un site sur leur frontière commune : Bure.

Un projet sans danger(s] ?

L’Andra affirme que le sous-sol de la région est idéal pour piéger les éléments radioactifs.
Pourtant, dès l’annonce de ce projet des spécialistes en géologie s’indignent! L’ennemi par excellence d’un
dépôt souterrain de déchets radioactifs c’est l’eau (dégradation des fûts, diffusion de la radioactivité). Or le
sous-sol du vaste plateau de Bure contient de nombreuses nappes phréatiques situées au-dessus et en
dessous des galeries du stockage envisagées. Que se passerait-il si des failles se rouvraient par le jeu de
pression-dépression causé par le creusement de centaines de kms de galeries ?
Un autre danger non négligeable : les transports. Les volumes de déchets nucléaires sont tels qu’il a été
calculé qu’à raison de 5 ou 6 « colis » journellement placés dans le cimetière souterrain (rythme des plus
lents en raison de la complexité des manipulations) il faudrait un siècle pour que tous les « colis »
accumulés soient enfouis. Ce qui représenterait la bagatelle de 10000 trains de 10 wagons CASTOR au total.

Pourquoi être contre un tel projet ?

D’abord parce qu’à la question essentielle « peut-on faire confiance ? », les réponses apportées au long des
années passées sont sidérantes.
L’Andra a déjà montré, sur d’autres sites de stockage en activité aujourd’hui (Soulaines dans l’Aube ou le CSM
dans la Manche), que les promesses de sécurité pour les populations voisines et pour l’environnement
n’étaient pas respectées. De plus il avait été promis aux populations locales et à leurs élus qu’il ne s’agissait
là que d’un laboratoire or la loi de 2006 relative à la gestion des déchets radioactifs nous annonce, sans
avoir le courage de citer Bure, le passage à la phase d’enfouissement industriel ! Rappelons que cette loi qui
nous engage tous pour des milliers d’années a été votée par seulement 19 députés présents…. Sur 577 !
La réalité géologique est à l’opposé de celle, idyllique, que nous présente toujours l’Andra. Dès la première
brouette d’argile récoltée sur le site les scientifiques de l’Andra s’extasiaient des propriétés de l’argile de
Bure et de la qualité de son sous-sol, censé rester stable pendant des centaines de milliers d’années…
Le projet bafoue toute idée de démocratie : pour le faire accepter l’outil utilisé n’est pas le débat mais la
débauche d’argent. Tandis que l’Andra « parraine » financièrement un maximum d’associations et
d’entreprises locales (créant ainsi une véritable dépendance), l’État déverse la bagatelle de 30 millions
d’euros par an aux départements de Meuse et de Haute-Marne. Beaucoup qualifient ces pratiques d’ « achat
des consciences ». Les populations des deux départements ont malgré tout demandé via une pétition (plus
de 40 000 signatures) a être consultées par référendum. Demande balayée d’un revers de main puisque la
loi ne prévoit pas de référendum sur cette question mais l’organisation de « débats public ». Sauf que la loi
de 2006 a retenu exactement le contraire de ce qu’avaient exprimé les populations lors du DP de 2005.

Dates prévisionnelles :

Début 2013 : Second débat public et choix définitif des implantations
2014 : Remise de la demande d’autorisation de création du site au gouvernement
2016 : Projet de loi fixant les conditions de réversibilité et éventuelle autorisation du gouvernement.
2017 : Début des travaux
2025 : Mise en fonctionnement de CIGEO et arrivée des premiers colis de déchets radioactifs.

Que peut-on faire ?

Pour gagner une bataille il faut la mener. L’ennemi c’est aussi la résignation et le fatalisme. D’autant que
les choses ne sont pas écrites : l’enfouissement n’est programmé que pour 2025, rien n’est encore fait !
Bien évidemment, plus tôt on s’y prend, moins le blocage de l’engrenage sera difficile à mener. Et là, toutes
les forces s’additionnent, dont la vôtre. Tout ce que vous pourrez faire est à faire : vous informer,
sensibiliser votre entourage, participer aux actions, rejoindre et renforcer les collectifs existants, etc…
Dans le Pays de Bure les mentalités évoluent, la résistance germe, elle a besoin de vous !
Il serait enfin temps d’admettre que l’industrie nucléaire est une impasse car personne au monde ne sait comment
gérer les déchets qu’elle engendre. Pour trouver une solution acceptable il nous faudra sortir de la logique de
profit et du modèle de société qui a accouché de l’industrie nucléaire.

En attendant refusons l’enfouissement, à Bure comme ailleurs, et exigeons l’arrêt immédiat du nucléaire !

plus d'infos sur le programme : http://festivaldebonnet2012.noblogs.org


Pour le côté pratique : le dortoir et les chambres de la Maison de Bure seront réservées aux artistes et intervenants (qui viennent de loin pour jouer gratis...) Il y aura possibilité de camper sur place ou dans une salle de la mairie de Bonnet : amenez vos tentes ! Côté cuisine, une cantine à prix libre, sera présente comme l'an passé pour nous régaler...

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans cap21-bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit