Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 13:05

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:pml-LIu33QGP8M:http://corinnelepage.hautetfort.com/media/01/01/869d106051b5de0bd4780d875e6fa300.jpgOù en sommes-nous ? 

Beaucoup de décisions ou de débats lancés par les pouvoirs publics trouvent leur origine, non dans la proposition qui est avancée, mais dans la réalité de nos finances publiques qui ne permettent plus de faire les choix les plus opportuns. La dette abyssale jointe à des risques non négligeables, liés à la nécessité d’emprunter en permanence, ne permettent plus de poser les questions en termes de coûts réels, à court, moyen et long terme et encore moins en termes de politique.

L’affaire des 1500 démolitions des maisons des Pays de la Loire entre dans cette réflexion. Outre le caractère choquant (après 30 ans de laxisme) de mesures aussi rapides et aussi radicales – et sans aborder la question juridique qui n’est de loin pas mince, le choix de démolitions expresses s’explique en grande partie par le fait  qu’ordonner la démolition en application du droit reconnu à l’Etat d’exproprier en cas de risque majeur d’origine naturelle permet de recourir au fonds Barnier, au demeurant insuffisant. En revanche, faire les travaux de confortation de digues  impose de recourir aux fonds publics, ce qui est probablement impossible à budgéter. Voilà ce qui provoque la décision des zones noires avec une tentative de passage en force. En effet, l’application de la loi permet aux personnes de recourir au juge de l’expropriation après enquête publique, laquelle doit comporter un dossier justifiant à la fois d’un risque majeur et du fait qu’il est moins coûteux d’exproprier que de protéger…

Cela reste à démontrer …sauf que ce n’est pas la même caisse qui paye. Voilà ce qui justifie le choix délibéré de sacrifier des zones qui peut-être pourraient permettre le maintien d’habitations : éviter des travaux, même peu onéreux.

Certes, on peut déplorer que les PPRI n’aient pas été mis en place, que la spéculation se soit attaquée à des zones fragiles et à risques, mais les maisons existent au moins pour certaines d’entre elles. Leur démolition devrait aboutir à une politique identique dans toutes les zones à risque majeur, ce qui conduirait à des changements de cap considérables et à un financement spécifique bien au-delà de ce que permet aujourd’hui le fonds Barnier. De plus, le retard pris pour la mise en œuvre les PPRT (Plans d’exposition aux risques technologiques) est du à l’insuffisance de moyens pour payer le départ des habitants qui l’auraient demandé. Et pourtant ! L’existence de zones létales au voisinage d’usines Seveso est un fait.

Alors, qu’en est-il ? L’Etat a voulu frapper un grand coup sur la table. Mais outre le fait que la décision ne soit pas nécessairement légale ni opportune, elle ouvre un immense sujet pour lequel il n’est pas financièrement en état d’agir.

Alors, que faire ?

Sortir d’abord d’un mode de faire qui confond urgence et précipitation.

Ensuite, prendre le temps de l’évaluation des choix en ne faisant pas de la trésorerie l’alpha et l’oméga des décisions. Une orientation est une question, son mode de financement en est une autre.

Enfin, changer de priorités, car celles qui ont été poursuivies jusqu’à présent dans ce domaine, à savoir le laxisme et la cécité nous ont conduit au drame que nous vivons et auquel l’Etat est en passe d’ajouter l’injustice comme un deuxième traumatisme. Il est grand temps d’admettre que le XXIème siècle ne se satisfait plus des recettes du XXème.

 

Corinne Lepage

Partager cet article

Published by Jean Rapenne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit