Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 06:58

index-copie-6CAP21 recevait mardi 7 décembre à 19h00 à la Grande Taverne à Dijon le Collectif 21 Action citoyenne OGM.

 

Soirée animée par Philippes Desbrières, membre de CAP21, correspondant auprès du Collectif 21 action Citoyenne OGM.


Intervention de Jean Michot, correspondant départemental du Collectif 21 Action citoyenne OGM pour l'association Veille au Grain Bourgogne:


le Collectif 21 "Action citoyenne OGM" a été créé en 2003 à l’initiative du GAB 21 (Groupement des Agriculteurs Biologiques de Côte d’Or). Le collectif regroupe différentes associations, des partis et mouvements politiques (dont CAP21, Europe Ecologie), des citoyens.


La mise en place du Collectif résulte des questions que se posent les agriculteurs et les citoyens sur les cultures de semences transgéniques en Côte d’Or. Une charte a été rédigée par les adhérents du Collectif afin de définir les objectifs de cette structure. Le Collectif organise chaque année des conférences à l’intention du grand public et, par des campagnes d’information (communiqués de presse, pétitions, tracts, etc.), informe les médias. Il intervient aussi auprès des députés et sénateurs pour exiger plus d’informations sur l’innocuité des OGM. Par ses diverses actions, le collectif veut être acteur et faire contre pouvoir face aux lobbyings agrochimiques des 5 multinationales présentes sur le marché de l’agrofourniture en semences et produits phytosanitaires chimiques de synthèse. C’est avec les petits moyens financiers qu’apporte chaque association et le travail des volontaires et militants membres du collectif que notre groupe essaie de faire entendre sa voix. Le Collectif est membre de Veille au Grain http://veilleaugrain.org/


Intervention de Geneviève Codou-David, Professeur de Biologie-Ecologie Naturaliste et témoignage de Jean-Marie Pétey, faucheur volontaire de Vigilance OGM21 :


« Les OGM ne cessent de faire débat et, dès la prononciation du sigle, ils soulèvent dans l’opinion publique, des inquiétudes et des interrogations légitimes que les citoyens ne manquent pas d’exprimer.


L’approche sur les enjeux alimentaires, agricoles, économiques, éthiques et sur les risques sanitaires, environnementaux des OGM, se voulait impartiale et accessible à tous.


Les choses dans ce domaine évoluent très vite aussi bien sur le plan technique que sur le plan politique. Un peu d’histoire : avant l’émergence des biotechnologies, l’amélioration génétique des graines s’est faite par sélection variétale. Depuis les débuts de l’agriculture dans le monde, une grande richesse de variétés s’est développée. Les plantes cultivées se sont ainsi adaptées à des  conditions de sol et de climat très différentes.

Ensuite la sélection traditionnelle a été bouleversée avec l’apparition des biotechnologies type culture in vitro et la fabrication des OGM. 


L’exposé de l’auteur présenta alors un cours technique illustré de croquis explicites sur les différentes étapes de la création d’un OGM. Mais surtout pas d’amalgame et Geneviève Codou-David insiste : il ne faut pas confondre d’une part, les OGM confinés en laboratoire qui sont essentiellement des microorganismes utilisés à des fins de recherche ou pour élaborer des médicaments (insuline) ou des additifs alimentaires et, d’autre part, les plantes génétiquement modifiées (PGM) qui sont destinées à être cultivées en plein champ, commercialisées et consommées.


Il ne faut pas confondre aussi les plantes OGM qui font l’objet de recherches et d’expérimentation en plein champ et les plantes OGM cultivées à grande échelle, commercialisées et consommées. D’autres techniques de biotechnologie sont utilisées pour la fabrication des OGM comme la mutagénèse qui amènent à parler d’OGM cachés. Mais quelles que soient les techniques, se pose la question éthique de la brevetabilité du vivant. Geneviève Codou-David nous mène habilement du laboratoire au champ. Elle signale les essais d’expérimentation effectués sans tenir compte de l’impact environnemental et que les faucheurs volontaires ont dénoncés par leurs actions médiatiques. La culture de ces plantes génétiquement modifiées comme le maïs Monsanto Bt 810 est actuellement interdite en France. Cependant, les demandes d’autorisations de commercialisation et d’utilisation des PGM ne cessent d’augmenter.. Par son exposé, Geneviève Codou-David nous montre que les surfaces cultivées de PGM dans le monde représentent en 2010134 millions d’hectares soit 9% des terres cultivées. En raison des moratoires imposés dans certains pays, l’Union Européenne ne compte que 0,09 millions d’hectares de terres cultivées en PGM. Geneviève Codou-David nous indique aussi les chiffres qui classent les principaux pays producteurs de PGM ainsi que les pourcentages des principales PGM cultivées à savoir le soja, le maïs, le coton et le colza. Un chapitre important porte sur les gènes transférés qui sont les gènes de tolérance à certains herbicides et les gènes de résistance à certains insectes ravageurs comme par exemple la production d’un insecticide issu du Bt (Bacille de Thuringe) pour le maïs et le coton. Certaines PGM peuvent tolérer un herbicide et produire elles-mêmes un insecticide..


Ce travail de sélection des plantes qui se fait dans des laboratoires de biologie où officient  scientifiques et techniciens, prive les paysans de la liberté de sélectionner ou de replanter eux-mêmes leurs propres semences. Les paysans sont donc contraints d’utiliser une technique qu’ils ne maîtrisent pas ! La conférence se poursuit ainsi sur les risques économiques et sociaux, (dépendance accrue des agriculteurs, pouvoir absolu de quelques firmes, main mise sur les ressources génétiques mondiales, brevet déposé sur les variétés végétales sélectionnées) et les risques agronomiques et environnementaux (adventices résistantes aux herbicides, flux de pollens incontrôlables, contamination par le sol, coexistence impossible des PGM et de l’agriculture biologique…). L’absence d’études épidémiologiques scientifiques à long terme et à grande échelle sur les risques toxicologiques ne peut que susciter la méfiance des consommateurs échaudés par les crises sanitaires comme celle de la vache folle ou de l’amiante. La réglementation définie par l’Union Européenne concernant les autorisations commerciales, les règles d’évaluation, d’étiquetage et de traçabilité ne prêtent pas non plus à un mouvement d’optimisme général chez les citoyens. Geneviève Codou-David les invite d’ailleurs et surtout à se poser la question : quels risques pour quels avantages ? »


Jean-Marie Pétey, faucheur volontaire, militant actif, a présenté les actions de Vigilance OGM21 : comment s’organise un fauchage ? Comment s’est déroulé le procès de Marmande ? Quels sont les pénalités pour un faucheur ? Comment les faucheurs financent-ils leurs actions ? Quels sont leurs soutiens des politiques ? L’importance des pesticides sur la santé ? Jean-Marie a souligné l’importance des actions de veille en rappelant le procès de Gilles-Eric Séralini qui s’est tenu à Paris fin novembre, procès où est intervenu Corinne Lepage. (CAP21 soutient les lanceurs d’alerte).


CAP21 rappelle qu’il est possible d’aider les faucheurs volontaires par des dons, contact : petey.jean-marie@neuf.fr  

Partager cet article

Published by Cap21 Bourgogne - dans Agriculture
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit