Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 15:32

index-copie-2La brutalité, voire la cruauté des images de Dominique Strauss-Kahn, menotté, puis jugé sur sa mise ou non en détention nous traumatise tous. Alors que des zones d'ombre considérables entourent les faits, nous sommes curieusement pris de compassion pour Dominique Strauss-Kahn comme pour sa potentielle victime. Mais, le traitement de cette affaire aux Etats-Unis nous traumatise parce qu'il renvoie aussi à la situation française.

Entre la présomption de culpabilité que traduit de facto cette descente aux enfers et l'impunité de fait dont jouissent les politiques français, qu'il s'agisse d'affaires financières ou d'affaires de sexe ou de violence étouffées dans l'œuf, il y a peut-être une juste voie à trouver. L'égalité de traitement des personnes, quelle que soit leur importance sociale, tranche avec l'inégalité de traitement qui caractérise une justice à deux vitesses dans laquelle nous vivons.

Ainsi, l'existence d'une juridiction d'exception, la cour de justice de la République, les pouvoirs de classement du parquet et sa dépendance à l'égard de la hiérarchie, c'est-à-dire de la chancellerie donc du président de la République, sans parler même de l'irresponsabilité pénale totale du chef de l'Etat mettent globalement à l'abri la classe politique française de tout traitement commun. Cela signifie bien évidemment que "les affaires potentielles" sont utilisées en France comme arme politique du pouvoir contre l'opposition. Mais, la sortie opportune "d'affaires" peut venir aussi de l'opposition via la presse ce qui crée un système du "maître-chanteur" dont les Français ont globalement parfaitement compris le fonctionnement.

Rien à voir avec le système américain, accusatoire, avec une justice politique (ou les procureurs élus construisent leur carrière sur les dossiers qu'ils instruisent – Keneth Star dans l'affaire Lewinsky-Clinton), et qui sur certains dossiers médiatiques mettent un point d'honneur à valoriser une égalité des prévenus. Sachant que cette égalité ne peut être atteinte, le système étant accusatoire, seuls ceux qui ont les moyens de se défendre augmentent leur chance de se sortir du système. Dans le cas Strauss-Kahn, le statut d'expatrié et d'étranger permet clairement à une justice américaine de prouver au peuple américain que l'adage que vous soyez riche ou puissant est exact, jusqu'à l'humiliation du quartier des malades contagieux de Rikers (le Fleury-Mérogis à taille américaine).

REPOUSSOIR

Au-delà du traumatisme que crée cette affaire, bien au-delà du Parti socialiste, et, quelle qu'en soit l'issue, l'exemple américain va certainement peser sur notre modèle de fonctionnement politique-justice à la fois comme repoussoir mais aussi comme interpellation sur nos propres dysfonctionnements.

Comme repoussoir dans la mesure où le traitement dégradant infligé à DSK est incompatible avec le principe de la présomption d'innocence et que nous ne pouvons que nous féliciter que l'interdiction de photographier et de filmer un homme menotté figure dans la loi. Mais, nos propres dysfonctionnements qui sont habilement exploités par le Front national ne doivent pas pour autant être dissimulés. Les faits reprochés à DSK sont extrêmement graves s'ils sont établis. Auraient-il pu donner lieu à des poursuites en France ? D'autres faits graves n'auraient-il pas été commis par d'autres responsables politiques sans aucune conséquence ? Quant aux délits politico-financiers, nous savons tous que tout est fait aujourd'hui dans notre pays pour qu'ils ne puissent jamais être sanctionnés.

La soumission de la classe politique au droit commun est un impératif démocratique et le droit commun se doit de respecter la présomption d'innocence et la dignité des personnes au moins tant qu'elles n'ont pas été jugées définitivement. Il est indispensable que dans le cadre de la future campagne présidentielle, ce sujet soit traité sans ambiguïté et que les politiques acceptent de se soumettre à la loi et aux juges de droit commun en donnant à ces derniers les moyens de faire leur travail. La reconnaissance d'un véritable pouvoir judiciaire avec un statut d'indépendance qui passe de la virtualité à la réalité est une nécessité.

Toutes les conséquences devront être tirées de deux avancées considérables récentes. D'une part, la Cour de cassation a reconnu la recevabilité de la constitution de partie civile des associations de luttes contre la corruption, en particulier dans le cas où le parquet bloque toute ouverture d'information ; d'autre part, une réponse positive du procureur général de la Cour de cassation à la demande d'auto-saisine que j'avais formulée dans la l'affaire Woerth a ouvert une nouvelle voie que le Parti socialiste vient d'utiliser avec succès à propos de l'affaire Lagarde-Tapie.

L'entrée de la France dans un Etat de droit où la règle est la même pour tous fait incontestablement partie des conquêtes indispensables au renouveau de notre pays.

Corinne Lepage, députée européenne et présidente de CAP 21

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans cap21-bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit