Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 15:44

index-copie-2En 2006, le rapport Pébereau tirait le signal d’alarme sur le niveau d’endettement de la France et ses déficits budgétaires persistants. De ce fait en 2007, tous les candidats crédibles à l’élection présidentielle étaient d’accord pour en faire un objectif du quinquennat, avec des solutions évidemment différentes selon qu’il ou elle était de droite, de gauche ou du centre. A priori, nous aurions pu nous attendre dans ces quatre dernières années à une réduction, voire une disparition des déficits et une réduction sensible de l’endettement public.

 

Or, que constatons-nous ? Le quinquennat va se terminer sur une explosion inouïe de l’endettement de l’État et un niveau de déficit qui, après avoir atteint des niveaux historiques en temps de paix, peine à redescendre à des niveaux compatibles, ne serait-ce qu’avec le Traité de Maastricht.

 

Comment a-t-on pu en arriver là après un tel consensus lors de la campagne ? Tout le monde est d’accord pour reconnaître que la crise financière, puis économique, puis sociale est passée par là. Tout le monde ou presque puisque la Cour des Comptes, au fil des rapports budgétaires depuis deux ans, ne cesse de répéter que le déficit structurel n’a fait qu’augmenter et que le déficit conjoncturel, dû à un effet de ciseau de diminution des recettes et d’injection massive de crédit d’abord dans un plan de relance puis maintenant dans le Grand Emprunt, ne fait que rajouter une couche supplémentaire à une situation qui s’aggravait par ailleurs.

Et la Cour de Comptes pointe les coupables : la loi TEPA, la suppression de la Taxe Professionnelle dont les effets ont été insuffisamment mesurés, quelques cadeaux fiscaux inopportuns et surtout la continuation de la politique des niches fiscales.

 

Toujours est-il que des rumeurs de plus en plus fortes se font entendre pour dire que les marchés pourraient fort bien nous punir et que leur bras armé, les fameuses agences de notation, pourrait s’attaquer à notre « triple A ».

Les marchés sont injustes car, c’est quand même leur incurie qui a provoqué cet effet de ciseau qui rend insupportable nos déficits successifs. Nous n’avons pas à payer deux fois les erreurs du système bancaire, une première fois, en ayant accepté de se porter garant du système, qui sans cela aurait connu des soubresauts imprévisibles et une seconde fois parce qu’en faisant cela, nous nous sommes fragilisés.

Mais les marchés ont aussi raison. En nous entêtant dans nos mauvaises habitudes et même en en faisant plus que d’habitude en la matière, nous avons, en quelque sorte, creusé notre tombe avec nos propres doigts. En effet, ce n’est pas quand les créanciers sont à la porte qu’il faut commencer à faire des cadeaux aux amis. En général les créanciers n’aiment pas ce genre de désinvolture.

 

Mais il y a toujours un volet positif dans toute disgrâce. Ainsi, la menace que certains agitent avec délectation d’une dégradation de notre « rating » sonne comme un avertissement salutaire et doit provoquer chez nous une saine réaction afin que nous fassions à partir de 2012 ce qu’ils n’ont pas voulu faire en 2007.

Je n’évoquerais ici que deux pistes :

*Remettre la RGPP, la révision générale des politiques publiques, sur de bons rails : puisqu’il s’agit de politiques publiques, cessons de nous focaliser sur le rabotage des moyens de l’Etat, car ceci a montré ses limites et surtout son côté démobilisateur, et attaquons-nous …aux politiques publiques et posons nous la question de la légitimité et de l’efficacité de toutes les interventions financières de l’Etat dans l’économie. Compte tenu des masses financières en jeu, il y a là manifestement beaucoup de grain à moudre ;

*La remise en cause de la politique des niches fiscales : sans proposer d’emblée la suppression de celles-ci, beaucoup sont d’accord pour qu’on fasse une remise à plat radicale de cette pratique détestable qui fait financer par l’inégalité fiscale, des politiques publiques dont l’Etat ne veut pas assumer l’existence dans son budget. Supprimer les niches fiscales, outre le fait que cela donnerait plus de transparence aux interventions de l’Etat, rendrait pour tous l’impôt plus juste, puisque les plus malins ou les mieux conseillés, ne pourraient plus s’y soustraire et plus efficace puisque l’impôt rapporterait ce pour quoi il a été créé.

Corinne Lepage

Eurodéputée

Présidente de CAP21

http://www.corinnelepage.fr/index.php/2011/07/29/l%E2%80%99injustice-des-marches/

 

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans cap21-bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit