Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 05:42

index-copie-2Le problème des écologistes est sans doute comportemental. A tort ou à raison, leur perception par l'opinion est d'être souvent animés par des ambitions ministérielles et parlementaires qui les conduisent, parfois, à d'étranges concessions sur le fond de leurs convictions. Si l'on peut comprendre que le jeu politique exige la formation de coalitions, et donc l'acceptation d'un projet qui n'est pas intégralement celui que l'on défend initialement, il n'en demeure pas moins vrai qu'il reste encore à expliquer, sur le fond, les raisons de l'alliance et les perspectives que cette dernière offre pour gagner les combats essentiels.

Ainsi, les écologistes ne sont pas coupables d'avoir conclu un accord avec le Parti Socialiste qui ne prône pas la sortie définitive du nucléaire, mais le sont de n'avoir pas expliqué à l'opinion en quoi le projet de François Hollande permettait, à terme, d'envisagerune telle sortie. Même chose pour les organismes génétiquement modifiés, l'économie circulaire et les enjeux qui structurent l'identité politique des écologistes.

Le plus grave est ailleurs. Le problème majeur des écologistes est idéologique. Car si l'opinion a sans doute conscience que, s'agissant de la préservation de la planète et de ses ressources, les écologistes sont les plus compétents, s'agissant en revanche des enjeux économiques et sociaux, personne ne croit en leur capacité à trouver des solutions efficaces. A force, en effet, de se livrer à une course à l'échalote avec l'extrême gauche sur la contestation du système capitaliste et sur la promotion de solutions sociales utopiques parfois absurdes, l'écologie a perdu toute crédibilité là où, justement, elle devait être la plus pertinente.

Car tout l'enjeu du développement soutenable est de faire de la transition économique et de ce qui l'accompagne l'impératif majeur de notre société. Un tel changement appelle de sortir d'une attitude jugée à juste titre par le plus grand nombre comme systématiquement négative envers les entreprises, opposées à tous les projets, et contre-productive pour l'emploiet l'activité économique.

Etre écologiste, pourtant, c'est aimer les entreprises ! Les entreprises dans toute l'acception du terme dès lors qu'elles privilégient l'humain et la gouvernance éthique. Cela concerne les entreprises familiales quelle que soit leur taille, le tissu des PME-PMI et le formidable vivier de l'économie sociale et solidaire qui démontrent, au quotidien, que l'économie de marché peut oeuvre en faveur de l'intérêt général ; les entreprises qui, conscientes de leurs responsabilités sociétales, agissent en faveur des nouvelles technologies vertueuses sur les plans écologiques et sanitaires, et qui garantissent un haut niveau de protection de leurs salariés ; les entreprises qui, d'une façon générale, envisagent leur action dans une perspective éthique, qui protège l'homme et son environnement, et qui est la condition sine qua non à la transition de civilisation qui s'impose à l'humanité.

Assurer le mariage de l'économie et de l'écologie sans oublier la dimension sociale, en faisant en sorte que toute décision soit la meilleure sur les trois plans de manière systématique : telle devrait être la doxa de l'écologie responsable.

Si l'écologie politique sait négocier ce double virage (comportemental et idéologique), alors, elle sera le ciment d'une nouvelle alliance pour un progrès soutenable. L'écologie doit s'approprier la notion de progrès, rendue possible par l'approche éthique de l'économie de marché. Cette affirmation peut apparaître paradoxale alors même que l'écologie est présentée par ses ennemis comme l'antinomie du progrès. Il n'en est rien. Le progrès humain, plus que jamais indispensable, passe par la reconquête du sens autant que par le progrès scientifique qui doit conforter les connaissances et offrir des technologies nouvelles qui seront une partie de la solution.

Les écologistes doivent se faire un devoir de pousser dans cette direction afin d'accélérer la transition inéluctable vers le nouveau modèle de développement. Ils doivent être à la pointe sur les propositions du "comment y parvenir", qu'il s'agisse des nouvelles modalités de calcul économique qui commencent à intéresser les organismes économiques les plus conventionnels, de la recherche et du développement, de la création d'activités économiques inscrites dans la troisième révolution industrielle. Ils doivent également être des moteurs des consensus à trouver et de la promotion de l'intérêt général bien compris.

Cette nouvelle alliance pour un progrès soutenable n'est pas seulement d'ordre sociétal. Elle est aussi politique. Il s'agit de construire une alliance politique, fondée sur la base et non sur le sommet, sur le pragmatisme et non sur des idéologies dépassées, sur le retour au bon sens et à la proximité et non sur la virtualité, sur une confiance dans le renforcement de l'Europe politique et non sur un renfermement hexagonal.

L'écologie, si elle accepte de se remettre en cause, peut et doit devenir  la source de consensus autorisant le rassemblement le plus large de tous ceux qui ont compris que nous avons changé de monde. Nombreux sont nos concitoyens en attente de cette nouvelle dynamique. Il ne dépend que de notre volonté commune de la lancer.

Corinne Lepage, eurodéputée, Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, présidente de CAP21

Article paru dans le Monde du 16 08 2012 http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/08/16/les-ecologistes-doivent-se-remettre-en-cause_1746771_3232.html

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans cap21-bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit