Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 16:48

index-copie-2Voilà exactement trois mois que s’est produite la catastrophe de Fukushima. Cette catastrophe nucléaire est l’une des plus graves que l’Humanité ait connues. Trois mois après, non seulement rien n’est résolu, mais il semble que l’étendue des conséquences soit encore largement ignorée.

Rien n’est résolu sur place puisque TEPCO a reconnu que les cœurs de plusieurs réacteurs étaient en fusion, ce qui représente l’accident le plus grave. On ignore encore l’état des piscines, tout comme l’étendue des dégâts auxquels il faut s’attendre du fait de cette fusion. A cet égard, on sait seulement que la dalle de béton a été transpercée; l’importance de la radioactivité ambiante rend bien évidemment impossible toute manipulation.

Rien n’est résolu non plus sur le plan de la pollution radioactive puisque des milliers de mètres cubes d’eau contaminée continuent à être déversés dans l’océan rendant non seulement la pêche impossible mais créant une contamination de l’océan pour une durée indéterminée avec un volume indéterminé.

Rien n’est résolu enfin sur le plan sanitaire. Après avoir sous-estimé l’importance de la contamination et avoir relevé les doses admissibles, le gouvernement japonais semble aujourd’hui dans l’obligation de reconnaître que près de 100 000 personnes devraient être évacuées en plus de celles qui l’ont déjà été.

Quelles sont les premières conclusions à tirer de tout cela et les démarches à entreprendre ?

D’abord, l’information n’a pas été délivrée dans des conditions acceptables. Au contraire, en particulier en France, nous baignons dans un halo de désinformation. La prétendue maîtrise de la situation sur place, à laquelle contribuerait Areva, est évidemment un leurre. L’annonce de la fusion du cœur, fusion qui a pourtant suivi de quelques jours le tremblement de terre, est intervenue avec plus de deux mois de retard. La question de la transparence dans le cas d’un accident nucléaire se pose donc très clairement, en particulier en raison des conséquences sanitaires qu’entraînent le mensonge et la dissimulation.

L’évaluation des risques est évidemment également en cause, l’AIEA l’a elle-même reconnu. Or, le blocage que la France a opéré en Europe pour empêcher la mise en place de stress-tests obligatoires, qui couvriraient tous les risques et seraient exécutés par des experts indépendants, est extrêmement inquiétant. Il souligne le manque de confiance dans la sûreté de nos installations (à cet égard, le reportage de France 2 jeudi soir était plus qu’éloquent). Il souligne aussi l’absence de dynamique communautaire pour assurer la sécurité des Européens (en raison du traité Euratom) et surtout l’immense responsabilité que prend la France à soumettre l’ensemble de l’Union Européenne à un risque nucléaire dont chacun sait aujourd’hui qu’il ne peut être totalement maîtrisé.

Les populations japonaises sont les grandes victimes de cette affaire. Les salariés envoyés les premiers jours sur le site sont des héros. Mais les milliers de personnes exposées sans en être informées à des doses de radiation dangereuses illustrent l’indifférence et le cynisme des autorités nucléaires, au regard des conséquences humaines de leurs erreurs et de leur prétendue maîtrise d’une technique qui leur a échappé. Pour éviter la situation scandaleuse de Tchernobyl, créée en toute connaissance de cause, pour éviter que ne puisse jamais être connue la réalité des conséquences sanitaires de la catastrophe, il est plus qu’urgent que se mettent en place des études épidémiologiques confiées à des chercheurs indépendants à fin de  connaître la morbidité et la mortalité issues de cette catastrophe. Il va de soi que ces études ne dispensent en rien les autorités d’organiser l’évacuation de tous ceux qui ne devraient plus vivre dans des zones hautement contaminées.

Il est évidemment trop tôt pour aller au-delà de ces constats. Mais alors qu’on ne peut que reconnaître que rien n’est réglé 25 ans après Tchernobyl, il n’est pas surprenant que trois mois après Fukushima, la situation apparaisse comme catastrophique.

Corinne Lepage

Eurodéputée

Présidente de CAP21

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans cap21-bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit