Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 08:02

index-copie-13.jpgSelon le rapport 2010 de l’ONG Transparency International, rendu public hier à Berlin, la bonne gouvernance n’est guère de ce monde. Près des trois quarts des pays sont perçus comme gravement corrompus. Les pratiques qui caractérisent l’abus de pouvoir à des fins privées, gangrènent la marche de la plupart des États de la planète et compromettent les politiques mises en œuvre pour sortir de la crise, lutter contre la pauvreté ou le réchauffement climatique.

Quels sont les enseignements du classement 2010 ?

Rapport après rapport, l’ONG Transparency International dédiée à la lutte contre la corruption ne voit guère d’embellie. Le classement de 178 pays selon l’indice de perception de la corruption (IPC) noté de 10 à 0 (10 pour les plus intègres) fait ressortir le fait que seuls 48 pays (27 %) ont une évaluation supérieure à la moyenne et seuls 23 d’entre eux peuvent être considérés comme ayant un haut, ou assez haut, niveau d’intégrité avec une note supérieure à 7.

En d’autres termes, dans près des trois quarts des pays, les pratiques de corruption sont une réalité tangible. Cela concerne au premier chef les États fragiles et en guerre. L’Irak et l’Afghanistan sont ainsi en toute queue de liste.

Quelle est la situation des pays industrialisés ?

Les pays développés n’échappent pas au fléau. La branche russe de l’ONG ne cache pas son dépit qui s’attendait à une évolution positive, le Kremlin ayant lancé une campagne anti-corruption en 2008. Or, la Russie figure à la 154e place, parmi les 25 pays les plus corrompus de la planète.

Même les 36 pays industrialisés qui ont ratifié la convention des Nations unies contre la corruption entrée en vigueur en 2005 montrent, pour une vingtaine d’entre eux, « peu ou pas » d’empressement à faire respecter la législation. L’Union européenne a, elle aussi, maille à partir avec la corruption en son sein, neuf États membres n’ayant pas la moyenne, notamment l’Italie (67e) et la Grèce, qui est aussi mal classée que la Chine et la Colombie (78e rang, indice de 3,5).

Comment la France se situe-t-elle ?

Avec un indice de 6,8, la France est doublée par 24 pays de la planète, dont dix de l’UE. Mais surtout, la perception du pays se dégrade de manière continue. Sans accorder outre mesure d’importance à l’évolution dans le temps, les critères d’évaluation n’étant pas exactement les mêmes d’une année sur l’autre, le fait que la France ait été classée 19e en 2007, 23e en 2008, 24e en 2009 et 25e en 2010 ne peut guère témoigner en faveur d’une amélioration.

Pour le bureau français de l’association, les entreprises et experts internationaux « continuent à avoir une image relativement dégradée de la classe politique française », notamment en raison des diverses affaires, telles les procès Angolagate et Clearstream, l’enquête sur l’attentat de Karachi qui serait expliqué par l’arrêt de versement de commissions occultes, ou encore récemment la controverse sur les conflits d’intérêts dans l’affaire Woerth-Bettencourt. L’association met encore en avant l’usage abusif du « secret défense » ou la lenteur de la justice pour faire aboutir les procédures engagées pour corruption d’agent public étranger.

Comment est calculé l’IPC ?

Parce qu’elle est une activité illégale et dissimulée qui n’apparaît au grand jour que par le biais d’enquêtes ou de scandales, la corruption ne peut pas se mesurer précisément. L’association élabore un indice de perception de la corruption (IPC) en cherchant à apprécier la fréquence et l’importance des pots-de-vin dans l’administration publique et la classe politique.

Cet indice est calculé à partir d’une compilation de données issues de dix sources différentes, des analyses d’experts d’organisations internationales telle que la Banque mondiale et des évaluations des chefs d’entreprise réalisées par des organisations telles que le Forum économique mondial (dit « de Davos »). Il faut au minimum trois sources convergentes sur un même pays pour que celui-ci puisse figurer dans le classement.

 

Source :


Marie VERDIER

Partager cet article

Published by Cap21 Bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit