Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 20:03

http://www.lemonde.fr/image/2009/06/24/155x103_1518400_0_93e6_ill-1210878-90c5-000-par2274374.jpgLes chiffres publiés, lundi 22 mars, par le ministère de l'écologie donnent la mesure du chemin à parcourir pour atteindre le "bon état écologique des eaux" en France d'ici à 2015, que prescrit la directive-cadre sur l'eau (DCE) européenne adoptée en 2000. Plus de la moitié des eaux de surface sont dans un état écologique moyen, médiocre ou mauvais, tandis que 7 % sont en très bon état et 38 % en bon état. L'état écologique reflète la qualité de la biodiversité des cours d'eau, leurs concentrations en phosphore et nitrates, et leur hydromorphologie (état des berges, obstacles à l'écoulement...).

L'état chimique, de son côté, mesure la concentration d'une quarantaine de substances (cadmium, pesticides, benzène...). Selon cet indicateur, 45 % des eaux superficielles sont en bon état, 21 % en mauvais état et 34 % restent indéterminés, faute de mesures suffisantes. Les eaux souterraines sont, elles aussi, dans une piètre situation : 41 % présentent des concentrations de polluants trop élevées. En outre, 9 % des nappes sont surexploitées.

C'est à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, consacrée cette année aux enjeux liés à la qualité des ressources, que le ministère et l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) rendent ces données publiques. La mauvaise qualité de l'eau en France n'est pas une surprise : la moitié du territoire est classée en zone vulnérable du fait d'un excès de nitrates, 90 % des eaux de surface et 53 % des eaux souterraines présentant des traces de pesticides.

La France, habituée aux contentieux européens - sur la directive nitrates et la directive eaux résiduaires urbaines, qui oblige à assainir les eaux usées -, se retrouve au pied du mur. "Les objectifs sont ambitieux, et nous savons qu'ils seront difficiles à atteindre, dit Jean-Philippe Deneuvy, à la direction de l'eau et de la biodiversité du ministère de l'écologie. Nous nous donnons tous les moyens possibles pour y parvenir."

L'association France Nature Environnement (FNE) reconnaît l'ambition de l'objectif "par rapport à ce que nous sommes capables de faire", mais "pas par rapport à la préservation du milieu naturel", selon Bernard Rousseau, directeur du réseau eau. Le "bon état" au sens de la DCE est en effet loin de l'état naturel des eaux. Par exemple, pour ce qui concerne les nitrates, passer sous la barre des 50 milligrammes par litre suffit, alors que cette valeur ne permet pas d'éliminer les marées vertes.

Le pays devra avoir recours aux dérogations pour 36 % des eaux superficielles, en raison de leur état biologique, 17 % des eaux superficielles pour leur état chimique, et 36 % des nappes souterraines. La DCE prévoit d'accorder des délais si des motifs économiques (coût disproportionné par rapport aux bénéfices), techniques ou naturels (temps de réaction du milieu) le justifient.

Au total, 27 milliards d'euros devraient être mobilisés d'ici à 2015, la plupart du temps en réorientant des crédits existants. Les pollutions industrielles et urbaines étant mieux contrôlées, la lutte contre les pollutions générées par l'agriculture intensive est l'un des principaux défis. Une batterie de mesures est prévue : mise en place de bandes végétalisées le long des cours d'eau, obligation d'implanter des couverts végétaux l'hiver dans les zones vulnérables, plans d'action autour de 500 captages en eau potable prioritaires. Mais ce ne sont que des "mesurettes", selon M. Rousseau. "Le seul levier efficace serait de changer l'orientation de la politique agricole commune", affirme-t-il.

Pour l'heure, les changements de pratiques agricoles sont encouragés par le biais des mesures agro-environnementales (MAE), sur la base du volontariat. En échange de compensations financières, l'agriculteur implante des haies, augmente la durée de ses assolements et diminue le recours aux engrais et pesticides. Les MAE, dont le fonctionnement est complexe pour les agriculteurs, gagnent du terrain (de 8 000 hectares en 2007 à 44 700 en 2009), mais restent marginales. Les surfaces en agriculture biologique progressent aussi, mais représentent toujours moins de 3 % de la surface agricole utile.

Quant au plan "écophyto 2018", issu du Grenelle de l'environnement, il prévoit la division par deux - "si possible" - des pesticides utilisés en agriculture, mais n'a pas encore démarré. L'objectif est en outre combattu par une partie du monde agricole. "Le volet agricole ne sera pas simple,reconnaît M. Deneuvy. La mobilisation est difficile, la pollution diffuse, les résultats sur le milieu naturel lents..."

La restauration de la continuité biologique des cours d'eau est l'autre grand chantier. Les travaux sont coûteux ("renaturation" de berges, suppression d'obstacles, remise en eau de bras morts) et peu consensuels. "Il y a une forte résistance au démantèlement des barrages de la part des hydro-électriciens et des élus locaux. Je ne vois pas comment l'objectif sera atteint", relève M. Rousseau.

La suppression de 1 500 petits ouvrages est programmée d'ici à 2 015, mais cet objectif se heurte à celui d'arriver à 23 % d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie finale en 2020. Un projet de convention sur le développement d'une hydroélectricité durable, qui doit rendre compatible développement des énergies renouvelables et restauration des cours d'eau, est en chantier depuis un an et demi, mais n'a toujours pas abouti.

Gaëlle Dupont

Sources : 
Article paru dans l'édition du 23.03.10
 

Partager cet article

Published by Jean Rapenne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit