Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 14:51

yves-lenoir-photo-c-b«La France gardera l'électricité la moins chère d'Europe», a récemment déclaré Henri Proglio, le PDG d'EDF. Le spécialiste des énergies Yves Lenoir réagit, chiffres à l'appui, et revient sur quelques idées reçues.

Le débat national sur la transition énergétique est pipé par la place mythique occupée par l'énergie atomique. Certes, l'argument de l'indépendance énergétique est devenu très friable, comme avatar de l'intervention des troupes françaises au Mali au début de cette année. Que n'a-t-on entendu à ce sujet ! Exemple révélateur, cette déclaration de Nicolas Dhuicq, député-maire de Brienne-le-Château (Aube), lors de la cérémonie des vœux de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) le 23 janvier :  « L'uranium du Niger est indispensable à l'indépendance énergétique de la France. »

Reste le mantra incontournable, qui réduirait la question du choix à celui du moindre coût… A force de répéter l'argument, personne ne se donne la peine d'aller en vérifier le fondement. Ce postulat posé, la théorie dévide ses sophismes économiques : avantage majeur pour notre industrie et pour le budget des ménages ; préservation d'un fleuron industriel français, l'industrie atomique, gage de ce prix imbattable.

Mantra incontournable, certes, mais pas inoxydable. Alors attaquons-le à l'acide de la réalité.

Chaque année, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) publie un document intitulé Mémento sur l'énergie, Energy Handbook. Au chapitre «Données Economiques», on trouve quatre tableaux présentant, pour chaque pays de l'Union européenne, les prix du MWh, hors taxes et TTC, pour les usages industriels d'une part et domestiques de l'autre. Le dernier en date, disponible sur internet, donne les valeurs du second semestre 2011. Le Mémento de 2013 n'est pas encore disponible.

Les chiffrent parlent : concernant le prix hors taxes de l'électricité à usage domestique, EDF occupe la 6e place, et la 7e pour le TTC. On notera que la moyenne européenne donnée en référence n'est pas celle des prix mais celle obtenue en tenant compte de la production de chaque pays. Le placement d'EDF y trouve un petit avantage qualitatif puisque le prix HT –101,7 €/MWh– n'est pas à comparer avec 127,7 mais avec 131,0. L'opération est encore plus favorable au prix TTC d'EDF : 142 €/MWh face à 184 au lieu de 165.

Concernant les prix industriels, les idées fausses colportées par des noms prestigieux (comme Jean-Louis Beffa) sont aussi battues en brèche. On a pu entendre ainsi qu'EDF jouerait contre la compétitivité de l'industrie française en lui imposant des prix supérieurs à ceux que subissent ses principales concurrentes européennes, allemande notamment. C'est tout simplement faux. EDF, sous pression du gouvernement, fait le forcing pour accorder des prix bas. Par exemple, le prix TTC du MWh EDF à usage industriel vaut 81 € contre 124 € en Allemagne, 93 au Danemark, 167 en Italie.

Car ici en France, le prix de l'électricité ne résulte pas d'un calcul économique, mais d'exigences politiques. Le prix facturé est notablement trop bas, ce qui plombe les finances du monopole national. Ainsi, le prix HT à usage domestique valait 90,5 €/MWh en 2005 (moyenne européenne : 90,3 €/MWh), ce qui mettait EDF au 14e rang (mais c'était déjà l'électricité la moins chère de l'Union, bien entendu !). En 2009, ce prix était resté quasi inchangé, 92,6 €/MWh, alors que la moyenne européenne avait bondi à 118,2 €/MWh, et, mécaniquement, EDF avait gagné 8 places dans le classement, position conservée à ce jour. Le PDG Pierre Gadonneix avait alors, le 17 juin 2009, demandé publiquement, donc imprudemment, une augmentation des tarifs. Il fut très logiquement remplacé par Henri Proglio fin septembre de la même année.

Débats sur la transition énergétique obligent, garder autant que possible au frigo toute analyse économique démontrant l'absolue nécessité d'une augmentation considérable du prix de vente du produit.

Revenons à la seconde partie de la déclaration d'H. Proglio à propos de la performance d'EDF : « Aujourd'hui, nos prix sont inférieurs de 35 % à la moyenne européenne. Avec l'Allemagne, l'écart est de un à deux. »

Le premier chiffre est surévalué, et de beaucoup : 15% pour l'électricité domestique et 28% pour l'électricité industrielle. En revanche, c'est presque vrai en valeur TTC par rapport à l'Allemagne : 142 €/MWh contre 253, pour les usages domestiques. C'est plus que vrai face au Danemark, pays dépourvu de toute ressource énergétique, sinon renouvelables, qui facture aux usagers 298 €/MWh ! Mais ce que nos hagiographes électriques omettent de remarquer ne manque pas d'une certaine importance, notamment :

1. les taxes pèsent 29,1% en France, 45% en Allemagne et… 56% au Danemark dans le prix TTC du courant à usage domestique. Il s'agit donc d'une taxation incitant, ici au gaspillage de l'électricité (ce qui rend la transition énergétique quasi impossible dans le domaine de l'électricité), là-bas à un usage raisonné. Les évolutions structurelles divergentes des consommations des ménages traduisent ces choix fiscaux opposés.

2. Bizarrement, cette électricité chère ne nuit pas au dynamisme économique et aux performances commerciales de ces pays malheureux de ne pas jouir d'une électricité aussi bon marché que celle distribuée chez nous. 

Last but not least, le chiffre d'affaires d'Areva tourne autour de 10 milliards d'euros par an, soit moins que les exportations de fromages et de vins du pays. Soyons indulgent, ne mentionnons pas en plus la contribution au commerce extérieur du fleuron industriel tant choyé par nos élites. Tout ce petit monde y perdrait en crédibilité. Il faut préserver la force du mythe !

Yves Lenoir

Article publié dans Médiapart http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/050813/m-proglio-le-prix-de-lelectricite-devrait-etre-augmente

Photo: Cyrill Bignault - Le Bien Public

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans cap21-bourgogne
commenter cet article

commentaires

Dominique Bied 05/08/2013 21:45


Pour compléter cette analyse, lire absolument le très bon numéro d'aleternatives économiques de Juillet. La communication sur l'énergie et la politique menée sont à mille lieux de la réalité. Le
problème allemand est mal expliqué car incomplet. En particulier, le coût de l'énergie pour les ménages est la multiplication du prix par le volume consommée. Le coût élevé incite à moins
consommer. Donc entre la France et les autres il n'y a pas tant d'écart que cela et d etoute façon, les renouvelables vont permettre à nos concurrents d'être moins coûteux demain et moins
consommateurs. Il nous faut anticiper beaucoup plus.

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit