Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 09:15

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:CRjXZQM7SBaUUM:http://www.lexpress.fr/medias/44/tricastin-centrale-nucleaire_442.jpgCité par Corinne Lepage dans une précédente Tribune diffusée sur Actu-Environnement, Francis Sorin, Directeur du Pôle Information de la Société Française d'Energie Nucléaire, détaille ses arguments qui précisent les attraits de l'électronucléaire, notamment Français. Droit de réponse

 

Deux événements d'actualité sont venus confirmer, ces dernières semaines, la compétitivité du nucléaire par rapport aux autres sources électrogènes :
L'enquête récemment publiée de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) sur les coûts de la production d'électricité à l'horizon 2015 indique que sur le plan mondial le nucléaire continue d'apparaître comme l'option la moins chère dans presque tous les cas de figure considérés.
En France, le projet de loi NOME sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité consacre la compétitivité du nucléaire puisqu'il fait obligation à EDF de vendre une partie de ses kilowattheures à ses groupes rivaux de sorte que ces derniers puissent concurrencer valablement l'entreprise nationale sur le marché libre ! Faute d'une telle cession – dont les prix restent à fixer – aucun fournisseur ne pourrait rivaliser avec les prix « imbattables » du courant nucléaire et toute concurrence serait tuée dans l'œuf, au grand dam de la Commission européenne...

Cette reconnaissance réaffirmée de la compétitivité du nucléaire n'est pas pour surprendre. Elle est constatée de longue date par l'immense majorité des économistes et reflète des situations reposant sur des éléments parfaitement vérifiables. Il reste que certaines personnalités du mouvement écologiste/anti-nucléaire, que ce constat dérange, s'emploient régulièrement à le remettre en cause. C'est notamment le cas de Mme Corinne Lepage qui, au fil de récentes tribunes1 n'hésite pas à présenter le nucléaire comme une '' plaie '' ou un '' risque majeur pour l'économie française ''... en épinglant au passage ceux qui, comme moi, se croient fondés à écrire le contraire ...

La '' démonstration '' de Mme Lepage pêche tout à la fois, à mon sens, par ce qu'elle prétend révéler et par ce qu'elle passe sous silence.

Si l'on s'en tient à la France, comme il est difficile de nier que les coûts de production de l'électricité nucléaire s'y affichent à des niveaux particulièrement compétitifs, on voudrait faire croire que ces coûts sont volontairement sous-évalués et ne reflètent pas la réalité du processus dans sa globalité. Cette thèse bien connue, antienne du mouvement anti-nucléaire français, n'est pas corroborée par l'examen des faits : le coût du kilowattheure nucléaire prend tout en compte et notamment, à l'amont, une grande partie des dépenses de la R et D conduite dans le secteur nucléaire (comptée pour environ 10% du coût de revient du kWh) et, à l'aval, les provisions et frais liés au traitement/recyclage des combustibles, au stockage des déchets et au démantèlement futur des installations (représentant de l'ordre de 20% du coût du kWh). Contrairement à ce que l'on prétend nous '' révéler '' il n'y a pas, sur ces différents postes de '' lézard '' caché, d''' ardoise '' laissée à nos descendants, de subvention déguisée puisée en catimini dans la poche du contribuable et qui assureraient artificiellement la bonne santé économique de notre industrie nucléaire. Celle-ci, au contraire, s'auto-finance depuis trente ans et rapporte à la collectivité publique, et donc au contribuable, bien plus qu'elle ne leur coûte. Notons en effet que la somme des dotations allouées chaque année par l'Etat à la recherche nucléaire civile et aux activités de contrôle et d'inspection (CEA, ASN, IRSN) est nettement inférieure aux recettes annuelles que l'Etat et les collectivités locales reçoivent de la part de l'industrie nucléaire sous forme d'impôts sur les bénéfices et de taxes locales sur les équipements (de 1,5 à 3 milliards d'euros chaque année). Cette compétitivité économique de l'énergie nucléaire – qui assume donc l'intégralité de ses coûts – permet d'offrir aux consommateurs français – ménages et entreprises – une électricité bon marché, aux prix inférieurs de 30% à la moyenne des tarifs européens.

Mais au-delà de ces données, le dossier sur les aspects économiques du nucléaire en France se caractérise avant tout par un élément déterminant qui concerne la situation de nos équilibres extérieurs : en l'absence de nucléaire, notre pays (qui ne possède pratiquement aucune matière première énergétique dans son sous-sol) serait contraint d'acheter à l'étranger un combustible de substitution, en l'occurrence du gaz (alternative la plus vraisemblable) pour produire 80% de son électricité. Il lui en coûterait, dans les conditions actuelles du marché international, entre 25 et 30 milliards d'euros chaque année ! (contre 600 à 700 millions d'euros pour l'uranium importé alimentant aujourd'hui l'ensemble de notre parc nucléaire). Et l'on peut imaginer le montant encore plus astronomique de la facture dans le cas – fort probable – d'un renchérissement du gaz dans la prochaine période ! C'est donc à une véritable ponction de sa richesse nationale que la France échappe grâce au nucléaire. Tel est l'élément essentiel à considérer, bien avant tous les autres, lorsque l'on veut évaluer les conséquences du nucléaire sur l'économie du pays. Que Mme Lepage passe cet élément sous silence met sérieusement à mal la crédibilité de sa démonstration !
Outre cette énorme ponction évitée, il convient de prendre en compte, pour compléter l'analyse sur cet aspect de la question, le produit de nos exportations nucléaires en équipements et services. Celles-ci correspondent à un chiffre d'affaires annuel moyen de l'ordre de 6 milliards d'euros. Ces exportations, qui soutiennent à l'intérieur de nos frontières des milliers d'emplois, et qui sont très probablement appelées à s'accroitre dans le futur avec le redéploiement du nucléaire mondial, constituent un des postes bénéficiaires les plus importants de nos échanges extérieurs. Ainsi, grâce aux économies qu'il permet et aux recettes qu'il procure, le nucléaire s'est affirmé comme un élément déterminant de notre balance commerciale dont il raffermit largement, à chaque solde annuel, la très fragile situation. On nous permettra d'estimer que garder sur ces faits un silence assourdissant et présenter le nucléaire comme un '' risque majeur pour l'économie française '' relève davantage d'une démarche militante que d'une analyse dépassionnée de la question. Tous les indicateurs montrent que loin de plomber l'économie française, le nucléaire la tire vers le haut aussi bien en termes de flux financiers que de dynamisme industriel et de création d'emplois.

Francis Sorin

 

Source:

 

ENERGIES - Actu-Environnement.com - 07/05/2010

 

Directeur du Pôle Information de la Société Française d'Energie Nucléaire2, Francis Sorin vient de publier « Le nucléaire et la planète, dix clés pour comprendre » aux Editions Grancher. Il réagit aux propos de Corinne Lepage1 qui publie de son côté au Seuil, « Sans le nucléaire on s'éclairerait à la bougie, et autres tartes à la crème du discours techno-scientifique ».

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit