Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 07:48

http://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagecache/article_image/philippe-courroye_4.jpg« Laissez-moi faire », avait suggéré le procureur de Nanterre à l’Elysée, lorsque l’affaire avait connu ses premiers développements. Mais cet homme entier, hostile au compromis, a été trop loin. Politiquement dérangeant, il doit entrer dans le rang.

 

C’est une claque magistrale, à la mesure de sa personnalité, entière et excessive, hostile au compromis. Procureur de Nanterre, Philippe Courroye va devoir ouvrir une information judiciaire, c’est-à-dire confier à un juge d’instruction de son tribunal les cinq enquêtes préliminaires qu’il dirigeait, seul contre tous et qui portaient sur : un possible financement politique illégal, concernant le ministre Eric Woerth ; une éventuelle prise illégale d’intérêts sur l’embauche de son épouse par Liliane Bettencourt en contrepartie de l’octroi d’une Légion d’honneur à Patrice de Maistre, son gestionnaire de fortune ; la violation de la vie privée, après les enregistrements pirates des conversations de la milliardaire par son maître d’hôtel ; et enfin, blanchiment de fraude fiscale au sujet de son île au Seychelles et des 80 millions d’euros déposés en Suisse et non déclarés.

 

Désigner un juge d’instruction indépendant et incontrôlable, c’était prendre le risque d’une mise en examen d’Eric Woerth, qui n’aurait présumé en rien de sa culpabilité mais aurait achevé de le disqualifier en pleine période de négociation sur les retraites. C’était surtout ouvrir la boîte de Pandore, sans savoir ce qui allait en sortir. Le procureur voulait garder la main en se contentant d’enquêtes préliminaires, conduites sous sa seule autorité. Alors même qu’il était cité dans les écoutes téléphoniques, démontrant que l’Elysée était au courant de ses futures décisions. Juge et partie. « Je pense que M. Courroye a choisi volontairement ce cadre procédural pour ne pas aller au fond des choses », déclarait l’ancienne juge d’instruction Eva Joly, devenue députée européenne.

 

Introduire un juge d’instruction dans le circuit ? « Il n’y a aucune raison technique, juridique ou procédurale », déclarait Philippe Courroye, cet été, au Monde. De nombreux magistrats l’ont pourtant pressé de le faire. Tout comme les dirigeants du Parti socialiste. La pression s’accroît lorsque, fin septembre, Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, saisi par la députée européenne Corinne Lepage, « recommande que les investigations se poursuivent dans le cadre de l’information judiciaire ». Mais le procureur de Nanterre ignore superbement ce « conseil », émanant pourtant de la plus haute autorité judiciaire.

 

En même temps, le procureur a tout fait pour empêcher la juge Isabelle Prévost-Desprez, présidente de la 15e chambre du tribunal de Nanterre, d’enquêter sur l’abus de faiblesse dont aurait été coupable le photographe François-Marie Banier, par le biais d’un supplément d’information. Jusqu’à se saisir d’une plainte de George Kiejman pour ouvrir une enquête préliminaire – la cinquième – pour « violation du secret de l’enquête », visant explicitement son ancienne collègue et amie, du temps où travaillaient ensemble comme juges d’instruction au pôle financier de Paris. Problème : pour confondre Isabelle Prévost-Desprez, Philippe Courroye dépasse les bornes. Il fait saisir les relevés téléphoniques de deux journalistes en liaison avec la juge, alors que la loi exige leur assentiment préalable. Il demandera même, en toute illégalité, le contenu des SMS s’opposant au refus de l’opérateur téléphonique.

 

Un pont trop loin ? Nicolas Sarkozy et Philippe Courroye entretiennent des relations amicales, ouvertement assumées. Au début de l’affaire, le procureur de Nanterre avait fait passer un message à l’Elysée : « Laissez-moi faire. » De Nicolas Sarkozy à Philippe Ingall-Montagnier, le procureur général de Versailles, supérieur de Courroye, en passant par la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie, toute sa hiérarchie avait donc laissé le procureur de Versailles agir à sa guise. Jusqu’au début de la semaine où, face à la bronca de toute la magistrature, le pouvoir a baissé le pouce.

 

Ancien membre des cabinets de plusieurs ministres de la Justice de droite, le procureur général de Versailles a donc enjoint Philippe Courroye d’ouvrir une information judiciaire. C’est un artifice procédural : dès qu’un juge du tribunal de Nanterre sera nommé, la Cour de cassation « dépaysera » tous les dossiers Bettencourt-Woerth vers un autre tribunal, à Paris ou à Lyon. Il faudra tout reprendre de zéro. Eric Woerth, Liliane Bettencourt et les prédateurs qui l’entourent ont gagné un répit : ils seront tranquilles, sans doute jusqu’à la prochaine élection présidentielle. Au moins.

 

Source :

Airy Routier 28/10/10 à 09h10

Partager cet article

Published by Cap21 Bourgogne
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit