Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 16:57

3441323499 08b59d359fLe Salon International de l’Agriculture (SIA), c’est une fierté pour la France. On y trouve les plus belles vaches de notre cheptel, les plus belles productions de nos terroirs mais surtout les meilleures initiatives en matière d’environnement.

Le SIA, c’est la preuve qu’il n’est plus possible d’opposer agriculture et environnement. Les deux marchent ensemble. En premier lieu, parce que les agriculteurs respectent leur sol et leurs ressources. C’est leur outil de travail. Qui peut encore imaginer que les agriculteurs scient la branche sur laquelle ils sont assis ? En second lieu, parce que les pratiques agricoles les plus respectueuses de l’environnement permettent de hauts niveaux de rémunération et qu’elles doivent maintenant être généralisées.

Il est donc encore possible de faire toujours mieux en matière d’environnement. La prise en compte de l’environnement doit devenir la règle. Les exploitations agricoles peuvent se retrouver autour d’une « haute productivité environnementale », qui fait mieux que ce que prévoit la réglementation actuelle. Et les filières agricoles de se structurer autour du principe du « produire local ».

Les objectifs du « produire local » sont multiples : assurer le développement des territoires, créer des emplois locaux, rapprocher les bassins de production et de consommation, réduire l’empreinte carbone, mieux rémunérer les agriculteurs, diversifier les activités de production, créer du lien dans le milieu rural.

En produisant local, il s’agit donc de relancer l’activité agricole.  Une relance qui se fera en plaçant l’environnement au cœur de l’agriculture. En substance, il suffit de travailler sur 4 axes : augmenter la recherche sur les pratiques agricoles à « haute productivité environnementale », orienter la formation et l’installation sur les exploitations à « haute productivité environnementale », organiser l’espace rural autour de la valeur « produire local » et, enfin, faire une PAC et une réglementation nationale à la hauteur de notre ambition.

1) Augmenter la politique de recherche et développement en faveur de pratiques agricoles à « haute productivité environnementale »

L’agriculture est une matière extrêmement technique. De nouvelles techniques doivent être importées des centres de recherche vers les exploitations.

Mesure de financement public : aligner les aides publiques sur des critères environnementaux

La recherche doit se tourner vers l’agro-écologie et la chimie verte :

Mesures d’orientation de la recherche : pour l’amélioration des techniques liées à l’agriculture biologique, pour la sélection de variétés adaptées aux nouvelles conditions climatiques (notamment la résistance aux périodes de sécheresse), pour une meilleure compréhension des systèmes agronomiques (interactions sol – biodiversité, lutte biologique intégrée), pour une chimie verte base de la décentralisation énergétique et de la substitution au pétrole (chimie verte sur la partie non-alimentaire de la plante). La recherche agronomique doit se détourner de la priorité actuelle donnée aux OGM, recherche toutefois indispensable pour connaître les impacts sanitaires et environnementaux de telles cultures.

La recherche française est un élément clé de notre réussite. Au niveau des techniques végétales, la France est certainement le pays qui bénéficie de la meilleure technicité. Il faut maintenant rééquilibrer les efforts de recherche avec l’élevage.

2) Orienter la formation et l’installation vers une agriculture à « haute productivité environnementale »

La « haute productivité environnementale » de l’agriculture repose sur différents systèmes d’exploitation, tous compatibles.

Mesures de formation et de soutien : à l’agriculture biologique au premier rang avec un objectif de 10% en 10 ans (contre 3% aujourd’hui), à l’agriculture durable qui calcule avec parcimonie les apports en engrais et en produits phytosanitaires, au retour au sol des effluents d’élevage, à la réutilisation et la récupération des matériaux.

Il faut stimuler la conversion à ces pratiques dès l’installation des agriculteurs.

Mesures de soutien à l’installation : encourager les SAFER à privilégier l’installation de jeunes avec des projets environnementaux ambitieux, augmenter la dotation aux jeunes agriculteurs (DJA) quand ils s’engagent sur des projets durables, demander le remboursement de la DJA bonifiée en cas de non-respect des engagements environnementaux.

3) Organiser l’espace rural autour de la valeur « produire local »

C’est en restructurant l’ensemble de la filière agricole autour de la valeur « produire local » que les exploitations trouveront le moyen d’augmenter à la fois leur compétitivité et leur valeur environnementale.

Mesures de structuration de filière : développement massif des circuits courts en privilégiant les AMAP, les marchés de producteurs, les jardins de cueillette, les jardins de cocagne, les pépinières ou couveuses de maraîchers (formation indispensable avant l’installation sur des petites surfaces).

C’est en restructurant l’ensemble de la filière agricole autour de la valeur « produire local » que les exploitations pourront reconquérir du foncier agricole.

Mesures institutionnelles de maîtrise foncière : destiner les espaces de quelques hectares non pas à l’agrandissement mais à l’installation, mieux négocier les pertes foncières face aux projets de développement urbain en faisant participer le monde agricole à l’élaboration des PLU, lutter conter la spéculation foncière en limitant la consommation foncière des grandes exploitations agricoles, organiser le portage foncier par des établissements publics type ‘Agence des Espaces Verts’.

« Produire local » ne signifie pas renoncer à la position française à l’export. Produire local, c’est avant tout remettre de la diversification sur l’exploitation et valoriser les aires délaissées par les plus grandes structures d’exploitation.

4) Faire une PAC et une réglementation nationale à la hauteur de notre ambition

La PAC ne doit plus creuser les inégalités entre les différentes formes d’agricultures mais bien les réduire.

Mesure de soutien dans la négociation communautaire:

  1. le verdissement de la PAC est une chance pour conditionner les aides directes non pas selon la surface des exploitations (qui favorise la céréaliculture plutôt que l’élevage) mais selon un critère d’éco-conditionnalité. Un compromis de verdissement est à trouver entre 20% et 30% pour ne pas engager une transition trop brutale. ;
  2. Abaissement du seuil de 7% de zones d’intérêt écologique qui sont un gel environnemental. Il faut prouver que l’on peut faire, sur ces aires, une agriculture à la fois productive et respectueuse.

Au niveau national, plusieurs mesures doivent être prises immédiatement :

Mesures réglementaires nationales :

  1. Annulation du « décret nitrates » 2011-1257 qui autorise une hausse de 20% des épandages d’azote ;
  2. Pas de TVA sociale sur les régimes agricoles (les ouvriers agricoles constituent une part minoritaire de la masse salariale) ;
  3. Autorisation de l’utilisation de la semence paysanne ; 4) Réactivation de la clause de sauvegarde pour 2012 pour interdire la culture du maïs Mon810.

Corinne Lepage

Eurodéputée

Candidate à l'élection Présidentielle

Retrouvez le programme de Corinne Lepage sur http://www.corinnelepage.fr/index.php/programme/

Partager cet article

Published by CAP21 BOURGOGNE - dans Agriculture
commenter cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit