Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CAP21 - Le Rassemblement Citoyen

Rejoignez-nous, adhérez en cliquant ici

            http://www.cap21lrc.fr/

               Armoiries Bourgogne Moderne (2)

L'équipe de CAP21-LRC en Bourgogne Franche-Comté:

 

Sébastien Heroguelle

Délégué Régional Bourgogne Franche-Comté

sheroguelle@yahoo.fr

 

Benoit

Benoit Bordart

Délégué Départemental de la Côte d’Or

bordatbenoit@aol.com

 

Sonia Fisel

Déléguée Départemental Adjointe de la Côte d’Or

 

BC-1

Brigitte Compain-Murez

Déléguée Départementale de la Nièvre

bcompain@orange.fr

 

 jrboisselotphoto3-1 (2)

Jean René Boisselot

Délégué départemental Saône et Loire

jrbois71@gmail.com

           

Jean Marc Collet

Jean Marc Collet

Délégué départemental Yonne

jmcollet@sfr.fr

 

Maxime Bros

Responsable Départemental  des Jeunes CAP21 LRC Bourgogne

 

Frédéric Lacroix

Trésorier

flacroix21@gmail.com

 

Eugène Krempp

Responsable Agriculture, Agriculture Périurbaine

eugene.k@free.fr

   

Joël Grenier

Responsable des relations avec SDN21

 joelattic@yahoo.fr

            

Florence Bardon Bertoux

Responsable EAU

flobarde@wanadoo.fr

           

Philippe Desbrieres

Reponsable OGM, Santé Environnement

philippe.desbrieres@u-bourgogne.fr

 

 

Jacques Hervé Riffaud

Responsable Mobilité

jh.riffaud@gmail.com

                

Amandine

Webmaster

 

Rechercher

Nous sommes tous Charlie!

b2UoWgU

CAP21 Bourgogne Le Rassemblement Citoyen


CAP21 Le Rassemblement Citoyen

CL2Présidé par Corinne Lepage, Eurodéputée, CAP21 Le Rassemblement Citoyen est un mouvement politique, écologiste, humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s'inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques. Nous défendons des valeurs fondamentales auxquelles nous vouons notre action : La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité. Les notions d'éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l'économie de marché qui n'est qu'un outil au service du développement durable.  Le principe de précaution devient un principe d'action politique.  La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion.  La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète.  Le sens de la démocratie doit être retrouvé......    La défense de ces valeurs n'est  ni de droite, ni de gauche, le développement durable est tout simplement le droit à la vie, c'est dans ce droit et le respect de l'autre que nous nous inscrivons. Aussi, toutes les femmes et les hommes de bonne volonté voulant un avenir pour les générations futures sont invités à nous rejoindre. 

Adhérez 

CAP21 Le Rassemblement Citoyen 81 Rue de Monceau 75008 Paris cap21infos@gmail.com 

6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 14:03
Un arrêt cinglant

Les algues vertes perturbent les activités touristiques et nuisent à l'image de marque de la région.

En 13 pages, les magistrats de la Cour administrative d’appel de Nantes ont rendu le 1er décembre une décision qui fera date dans le dossier des marées vertes. Une décision particulièrement argumentée, et d’une extrême sévérité pour les préfets des départements bretons et le ministère en charge de l’environnement.

Saisis par le ministre de l’écologie d’un recours leur demandant d’annuler le jugement du tribunal administratif de Rennes du 25 octobre 2007 condamnant l’État pour sa responsabilité dans les marées vertes de Bretagne, les magistrats nantais ont donc sèchement renvoyé le ministre à ses études.

L’arrêt établit tout d’abord le lien entre les « excédents d’azote nitraté provenant des déjections animales et des fertilisants minéraux », et la prolifération des algues vertes. Il s’appuie sur les études de l’Ifremer ainsi que sur le classement de la totalité de la Bretagne en « zone vulnérable » en application de la directive européenne sur les nitrates du 12 décembre 1991. Les magistrats confirment « le développement massif des algues vertes perturbe les activités touristiques et nuit à l’image de la région, génère pour les collectivités des coûts de plus en plus importants de ramassage ». Ils notent que « les dépôts d’algues en décomposition sur les plages produisent des émanations d’hydrogène sulfuré susceptibles d’être dangereuses, et que l’eutrophisation des eaux favorise leur contamination bactérienne ».

En ce qui concerne la responsabilité de l’Etat, les juges de la cour administrative d’appel analysent dans le détail la façon dont les autorités de l’État ont mis en œuvre les directives européennes et la règlementation nationale relative aux installations classées. Pour eux, il n’y a aucun doute ! Du fait « de leur nombre et de leur importance, l’ensemble des insuffisances et des retards dans l’application des directives européennes du 16 juin 1975 et du 12 décembre 1991 constitue une carence fautive de l’État, compte-tenu de l’obligation pour l’autorité nationale d’assurer l’application du droit communautaire ».

S’agissant de la règlementation nationale relative aux installations classées, les magistrats sont tout aussi formels: ils dénoncent « une approche règlementaire négociée avec la profession agricole, des régularisations massives d’élevages souvent dénuées de base légale, l’insuffisance des contrôles… ». Dans ces conditions, « la carence fautive des autorités de l’État dans l’application aux exploitations agricoles d’élevages de la règlementation des installations classées, doit être regardée comme établie ».

Et la cour d’en déduire que « la prolifération des ulves due essentiellement aux excédents de nitrates issus des exploitations agricoles intensives, n’aurait pas revêtu son ampleur actuelle si les normes communautaires et internes avaient fait l’objet d’une application immédiate et stricte, et si en raison des carences dans la mise en oeuvre de ces règlementations, n’avait pas été méconnu dans les départements concernés, le principe de gestion équilibrée de la ressource en eau. » Dès lors, doit être regardée comme établie « l’existence d’un lien direct et certain de cause à effet entre les carences sus relevées et le dommage que constitue la pollution par les masses d’algues vertes ».

Ce n’est pas tout: au Ministre qui considérait que les associations ne subissaient aucun préjudice lié aux marées vertes, les magistrats répondent le contraire. Pour Eau & Rivières de Bretagne, les magistrats relèvent « l’importance et la multiplicité des activités de cette association, leur caractère désintéressé, leur niveau de compétence technique » pour confirmer l’existence du préjudice moral subi du fait des carences graves et répétées des autorités de l’État. Le même raisonnement est suivi pour les trois associations locales, De la source à la Mer, Sauvegarde du Trégor, et Halte aux marées vertes qui voient elles aussi leur préjudice reconnu, et leurs indemnités revalorisées.

« Au nom du peuple français », les magistrats ont donc tranché : si les marées vertes ont pu ainsi prospérer, les bretons le doivent, au moins en partie, à l’État.
sur le site d'Eaux et Rivières de Bretagne

Partager cet article

commentaires

La revue de presse de CAP21

la revue de presse est gérée par Marie José Thouvenel  

Suivez CAP21 Bourgogne sur Twitter

https://twitter.com/bordatbenoit